Layla – Conte des Marais Ecarlates

Layla – Conte des Marais Ecarlates

 

Layla – Conte des Marais Ecarlates

Auteur : Mika

Editeur : Jérémy

Genre / Sous-genre : Heroic Fantasy / Aventure

1ère parution : 2018

Mon édition : 2018 (1ère édition)

EAN : 9782505066842

Nombre de planches : 94 (temps de lecture = 1h-1h30)

Mon appréciation :

J’ai énormément apprécié cette histoire en un tome qui mise plus sur les personnages que sur l’univers dans lequel ils évoluent : l’auteur ne s’attarde pas à donner une profondeur aux origines des protagonistes, ce qui n’enlève pas d’intérêt dans une bande-dessinée qui ne fait pas partie d’une série. Ce sera surtout la fin, qui ne se dévoile que sur la dernière planche, qui m’aura pris de court : je me suis fait avoir comme un bleu, malgré tous les indices disséminés dans les pages précédentes !

La couverture est superbe, et met bien en valeur le caractère à la fois séduisant et mortel de Leyla. Les couleurs pastel contribuent largement à l’ambiance perpétuellement mélancolique de l’histoire, sans jamais verser dans la passion – ou alors une passion froide, passagère, apportant un maigre réconfort temporaire avant de devoir replonger dans l’ennui. C’est cet aspect qui m’a le plus frappé : étant habitué aux aventures médiévales-fantastiques hautes en couleurs, je me suis laissé porter bien malgré moi, espérant une évolution différente, ne trouvant pas le fin mot de cette affaire.

Les dessins sont en revanche parfois trop inégaux : on peut voir se côtoyer des cases où les corps sont superbes, avec des cases où les traits sont rapides, peu détaillés, voire approximatifs. Ca n’enlève pas la beauté de l’histoire, mais ça m’a un peu dérangé dans la lecture, ne sachant pas si c’était volontaire ou non. J’ai même parfois dû revenir en arrière pour bien identifier les personnages… Et puis il n’y a pas de « pleine page », ces planches en une case qui en jettent plein la vue !

La lecture fut globalement très prenante, et j’ai ressenti en refermant cette BD cette même sensation que lorsque l’on sort du cinéma après un très bon film : on se replonge dans le réel, en réadaptant sa vue à la lumière du jour, tout en se remémorant les scènes qui nous ont le plus marqué pour tenter de rester encore un peu dans l’histoire…

Ma note sur 10 : 9 morsures de serpents.

Les protagonistes :

  • Grenoye : dit « Grenouille », le héros de cette histoire est tiraillé par la vision enchanteresse de Layla, femme-serpent habitant les marais. Il est jeune, naïf, et surtout irrépressiblement guidé par son désir. Et pourtant, il éprouve du remord à délaisser les personnes importantes de sa vie : sa mère, sa femme Edith qu’il aime sincèrement, puis le fils qu’elle lui donnera.
  • Layla : la vouivre, femme immortelle commandant aux serpents et pouvant prendre leur forme, est une superbe séductrice aux formes idéales, qui massacre tous ceux qui pénètrent sur son territoire. Elle possède également l’Escarboucle, joyau écarlate magique qui envoûte tous ceux qui l’approchent.
  • Syrenya : fille du roi Ragnar Falx de Flyne Yord, elle deviendra une reine froide et calculatrice dont le seul objectif sera de régner sur le continent en conquérant le Wörsland dont son père était originaire, avec le support de son fidèle conseiller Orlandeau. Grenoye est au service du palais et à ce titre est amené à cuisiner pour elle.
  • Krescias : meneur de chasse royal, il est toujours accompagné de ses molosses Margram et Manok qui portent sur eux les ossements de ses fils défunts. C’est le personnage le plus mystérieux de l’histoire, animé par un désir de vengeance envers les animaux sauvages.
  • Ananta : vieille sorcière aveugle emprisonnée depuis son enfance dans les entrailles d’un navire échoué sur des falaises, elle semble la seule à connaître l’origine de Leyla, et en profite pour tirer certaines ficelles.

Dialogue préféré :

Planche 52, Cases 6 et Planche 53, Case 1, Layla renvoie chez lui Grenoye avec qui elle vient de passer la nuit :

« Tu parais surpris… T’imaginais-tu déjà un avenir avec moi ?

Appartenir à un homme et le voir vieillir, ce n’est pas une vie qui me convient. N’était-il pas seulement question de désir ?

Tout désir est éphémère, comme une ride à la surface de l’eau. L’attachement, lui, ne peut finir que dans la douleur et sombrer dans les abysses…  »

Case préférée : Planche 5, Case centrale.

L’histoire :

« Elle s’appelle Layla. Elle est aussi la vouivre, la femme-serpent des marais écarlates.

Layla fascine. Mais elle est dangereuse. Elle tue tous ceux qui l’approchent.

Tous, sauf un : Grenoye, jeune homme pur et naïf. Depuis sa première rencontre avec Layla, il est hanté par son souvenir. Pour la protéger, il commettra l’irréparable… »

Dans le royaume médiéval de Flyne Yord, le jeune serf Grenoye tente de sortir sa mère de la mélancolie et de l’amertume en lui cuisinant des mets rares : c’est en cherchant l’un de ses ingrédients dans les marais qu’il tombe sur sa plus envoûtante habitante, une femme pulpeuse entourée de serpents qui vient de commettre un massacre… mais qui le laisse partir sain et sauf. Hanté par sa vision, Grenoye va osciller entre obsession de la retrouver et tentatives de construire sa vie, marié à la belle Edith qui lui donnera un enfant et cuisinier royal. Mais les ambitions de la princesse (puis reine Syrenya) l’amèneront toujours à recroiser le chemin de Layla…

Le coin du spoiler !!

Pourquoi acheter cette BD ?

C’est une magnifique histoire en un tome, qui ravira les fans d’Heroic Fantasy, ceux qui préfèrent les histoires en un tome avec un scénario bien pensé, et les amateurs de belles courbes !

Disponibilité : j’écris ce post à peine un mois après la sortie de cette BD, donc pas de souci !

 

 

 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *